Accord

1- L'accord est un ensemble de sons entendus simultanément.

2- Action d’accorder un instrument, c’est-à-dire d’en régler les parties sonores de manière qu’elles soient conformes au diapason choisi et aux intervalles en usage. "Procéder à l’accord d’un piano".

Les accords de notes

Les accords avaient été classés au XVIIIe siècle selon la conception de l’époque en consonants (accord parfait avec ses renversements, accord de quinte diminuée) et dissonants (accords de septième, et plus tard de neuvième).
L’évolution de la notion de consonance a rendu cette classification caduque, mais elle n’en est pas moins restée en usage jusqu’à nos jours dans de nombreux traités.

Le nombre des accords possibles est considérable. Jusqu’au XXe siècle, ils dérivaient tous des accords naturels, qui reproduisent un fragment plus ou moins étendu du tableau des harmoniques.

Les accords analogiques transportent les précédents sur les divers degrés de la gamme en modifiant leurs
intervalles en fonction de cette gamme.

Dans les accords altérés, une ou plusieurs notes sont mélodiquement déplacées sous l’effet de l’attraction.

Dans les accords de notes étrangères, l’accord proprement dit se voit modifié par l’intrusion de "notes étrangères", qui cependant n’en affectent pas la perception.

Les principaux sont 

- Les accords appoggiaturés (ou accords d’appoggiatures), dans lesquels une ou plusieurs notes sont déplacées au degré voisin, diatonique ou chromatique, formant une "appoggiature" qui fait attendre son retour ou "résolution" sur la "note réelle" de l’accord (l’accord célèbre dit "de Tristan" est un accord d’appoggiature).

- Les accords de broderies, dans lesquels un ou plusieurs sons, parfois même tous, résultent d’un glissement au degré voisin des sons correspondants de l’accord précédent, auquel on revient ensuite.

- Les accords d’extension, dans lesquels à l’accord proprement dit s’ajoutent des notes accessoires qui se fondent avec lui pour en enrichir la sonorité (l’un des plus fréquents est l’accord parfait à sixte ajoutée).

La musique moderne fabrique en outre des accords artificiels ne se rattachant pas aux modèles ci-dessus.

- Les accords par étagements d’intervalles (accords de quartes dans la Kammersymphonie de Schönberg, de quintes dans Daphnis et Chloé de Ravel, de tierces chez Darius Milhaud).

- L’accord de la gamme par tons entiers, très répandu dans le debussysme, peut s’y rattacher, mais peut aussi être considéré comme un accord de treizième naturel amputé de sa quinte juste.

- l’accord mystique de Scriabine (do, fa dièse, si bémol, mi, la, ré).


- les accords par superposition formés, souvent de manière polytonale, par la superposition de deux accords indépendants (procédé très fréquent chez Stravinski à partir du Sacre)

- Les accords par consolidation de notes étrangères lorsque celles-ci cessent de faire attendre la résolution pour être considérées comme notes réelles (par exemple, l’accord à double appoggiature chromatique familier à Ravel).

- Les accords naturels sont formés des notes correspondant aux sons 1 à x du tableau des harmoniques, l’emplacement de x sur ce tableau déterminant la nature de l’accord : ils prennent le nom de l’intervalle formé avec la fondamentale ou son octave par la dernière note impaire utilisée dans le tableau : c’est ainsi qu’on dit accord de quinte, de septième, de neuvième naturelle ; par exception, on ne dit pas habituellement accord de tierce naturelle, mais accord parfait majeur (harmoniques 1 à 5). On peut y ajouter l’accord de onzième et peut-être de treizième augmentée.

- L’accord par tons entiers peut, on l’a dit, se rattacher à ce dernier, étant constitué des harmoniques 1 à 13, avec suppression de la quinte juste.

- Les accords analogiques prennent le nom de l’accord naturel correspondant, accompagné de qualificatifs qui en précisent la nature (ex. : accord parfait mineur pour l’analogique à tierce mineure de l’accord parfait majeur, accord de septième majeure pour l’analogique de 1er degré en majeur, de septième diminuée pour l’analogique de 7e degré du mineur harmonique, etc.).

Il en est de même de la plupart des autres accords (ex. : accord à quinte altérée, accord avec sixte ajoutée, le mot "parfait" restant souvent sous-entendu).

En outre, certains accords, employés dans un contexte tonal défini, peuvent prendre un nom de fonction se référant au degré sur lequel ils se placent (ex. : accord de septième de dominante, de septième de sensible, etc.).

Il est inadmissible d’employer la nomenclature de fonction en raison de la sonorité lorsqu’elle n’est pas justifiée comme telle.
Par exemple, on ne peut appeler septième de dominante une septième naturelle ne jouant pas le rôle de dominante.

Les accords sont dits à l’état fondamental quand leur note de basse est la fondamentale de l’accord naturel correspondant ou l’une de ses octaves. Quand la note de basse de l’accord est une autre note de
l’accord, celui-ci est dit renversé ou à l’état de renversement (expression d’ailleurs fautive qui remonte à une erreur de Rameau en 1732).

La manière dont sont réparties au-dessus de la note de basse les autres notes de l’accord, répétées ou non, en détermine la position ; l’état d’un accord est un élément important de son analyse ; par contre, sa position est, sauf cas particuliers, considérée comme sans influence sur cette analyse.

Les accords dont le modèle naturel aborde au moins l’harmonique 5 sans dépasser l’harmonique 11 présentent
la particularité de pouvoir échelonner leurs notes par tierces, ce qui a fait dire, en une époque où l’on n’envisageait pas d’autres accords que ceux entrant dans cette catégorie, que l’étagement par tierces pouvait être pris comme définition de la notion d’accord elle-même.

On reconnaît aujourd’hui la fausseté de cette assertion, bonne tout au plus à fournir en certains cas un auxiliaire mémotechnique de caractère pédagogique assez rudimentaire.

 (source: Gallica, le dictionnaire de la musique; Larousse)

 

Traduction 

traduction française, francaise, francais, français Accord

traduction italienne, italien Accordo

traduction allemande, allemand, deutsch Akkord

traduction anglaise, anglais Chord
 
 
(source: Vocabulaire pratique de la musqiue de R. Braccini)