Aérophone

Ce terme s’applique à tout instrument dont le son est produit par la vibration d’une colonne d’air à l’intérieur d’un tube.

Dans le classement des instruments établi par Hornbostel et C. Sachs (1914), les différentes familles sont réparties selon l’élément physique se trouvant à l’origine du son.

Il existe deux catégories principales : Les aérophones à air ambiant et les aérophones à air contenu.

Quand l’air mis en vibration est l’air situé autour de l’instrument (air ambiant), on parle d’aérophone à air ambiant.
Le meilleur représentant est le rhombe, une sorte de planchette de forme hélicoïdale percée d’un trou à l’une des extrémités auquel est passé et attaché un lien. Tenant ce lien à la main, on fait tourner dans l’air le rhombe. Celui-ci se met à tourner autour de l’axe du bras qui l’actionne et aussi sur lui-même, faisant s’enrouler le lien dans un sens, puis dans un autre, alternativement. L’air ambiant mis en mouvement par cette double rotation de l’objet aérodynamique provoque un bruit de ronflement.

La plupart des aérophones utilisent l’air contenu dans le corps de l’instrument lui-même. C’est aussi de l’air ambiant mais qui est mis en circulation par différents systèmes à l’intérieur de l’instrument. Ces différents moyens d’exciter l’air permettent de différencier les aérophones de cette catégorie à air "contenu" (par opposition à air ambiant).

Un autre aérophone à air ambiant est le diable.
Il ressemble à un bouton à deux trous par lesquels passe une ficelle. En tirant dans un mouvement d’accordéon sur la ficelle, l’objet se met en mouvement et entraîne la vibration de l’air ambiant, générant un son.

 

Les aérophones à air ambiant

La rhombe, aérophone à air ambiantLe rhombe est un instrument à vent à air ambiant. Planchette de bois ou d'os le plus souvent que l'on fait tournoyer dans l'air à l'aide d'une cordelette à laquelle il est relié.

Instrument parmi les plus anciens connus (on a retrouvé des modèles vieux de 25 000 ans en Dordogne ou en Amazonie), il est un exemple de l'instrument rituel utilisé dans des cérémonies magico-religieuses, et n'est pas destiné à faire de la musique.

Imitant la voix des esprits, intercesseur entre le monde terrestre et le monde supra naturel, parfois lié à des rites de passage ou d'initiations (en Irian-Jaya par exemple).

Le rhombe servit aussi d'épouvantail à fauves et à éléphant (en Malaisie par exemple). On pourra lire sur le sujet le passage qu'André Schaeffner consacre au rhombe dans son livre "Origine des instruments de musique" au chapitre consacré à "religion et magie".

 

Les aérophones à air contenu

On parle de flûte, quand la vibration, et donc le son, est produit par l'envoi d'un jet d'air sur une arête, le plus souvent biseautée. L'air est envoyé la plupart du temps par la bouche.

Toujours pour les aérophones à air contenu, on parle d'instrument à anche (s) quand l'instrument fonctionne grâce à la vibration d'une ou deux fines languettes, généralement en roseau :

- s'il s'agit d'une seule languette qui bat sur un support ("bec" de l'instrument ou tube de roseau à partir duquel la languette est découpée) on parle d'instrument à anche simple battante. L'instrument le plus typique est la clarinette.

- s'il s'agit d'une seule languette qui passe à travers le cadre qui la maintient, on parle d'anche libre. L'accordéon, l'harmonica, fonctionnent avec des anches libres.

- s'il s'agit de deux languettes battant l'une contre l'autre, on parle d'anche double. L'instrument choisi pour représenter le type est le hautbois.

Sur cette image est représenté: La flûte traversière, la clarinette, le hautbois, le basson et la flûte à bec.

Aérophones à air contenu, flute traversière, hautbois, clarinette, basson, flûte à bec,

 

(sources: Gallica, le dictionnaire de la musique; Larousse; ethnomusicologie.net; colisee.org)