Hymne à la nuit (Chant)

Titre : Hymne à la nuit.
Auteur : Rameau Jean-Philippe.
Partition gratuite pour : Chant.
Version : 0.
Adaptation : Viesly.

Consultez et téléchargez toutes nos partitions par titre, auteur, Style ou instruments.

Posez une question sur le forum à propos de cette partition.

Voir les paroles de cette composition.

« Hymne à la nuit » partition pour Chant

Cette version de la partition pour Chant de « Hymne à la nuit », est composée de 5 pages et vous est proposée à titre gratuit, toute reproduction en dehors du site web est strictement interdite.

 

Cliquez sur la miniature pour la voir en grand.

partition musicale Hymne à la nuit Rameau Jean-Philippe partition musicale Hymne à la nuit Rameau Jean-Philippe partition musicale Hymne à la nuit Rameau Jean-Philippe partition musicale Hymne à la nuit Rameau Jean-Philippe partition musicale Hymne à la nuit Rameau Jean-Philippe

 

Téléchargement

TéléchargementTélécharger la partition en PDF. toute reproduction ou diffusion sans autorisation interdite.
téléchargez le fichier midiécoutez ce morceau au format midi.
 

Avis utilisateurs

Il n'y a pour l'instant aucun avis utilisateur pour cette partition, participez et donnez le votre.

Attention

Cette partition n'est pas officielle (arrangement réalisé à l'oreille) et est téléchargeable gratuitement pour votre usage personnel. L'oeuvre initiale est pourtant peut-être protégée et nous comptons sur l'autorisation tacite des éventuels ayant-droits. Si un auteur ou une société accréditée désire s'opposer à sa publication, contactez-moi et elle sera aussitôt retirée.

 

Hymne à la nuit 

'L'hymne à la nuit' ou 'La nuit' est une adaptation pour choeur, faite par Joseph NOYON et E. Sciortino, du duo des Prêtresses de Diane ,à l'acte 1, scène 3, d'Hippolyte et Aricieopéra de Jean Philippe Rameau (1683-1764)

(source jp.rameau.free.fr)
 
 

Biographie

Jean-Philippe Rameau

 
Jean-Philippe Rameau est né à Dijon le 25 septembre 1683 et mort à Paris le 12 septembre 1764
 
Issu d’une famille de musiciens, son père et son frère Claude sont organistes, et sa sœur Catherine enseigne le clavecin, Jean-Philippe Rameau apprend la musique dès son plus jeune âge.
Il fut confié aux jésuites du collège des Godrans, mais comme il chantait et écrivait de la musique tout le temps, ses parents l’envoyèrent quelques mois en Italie, mais ne s’éloigne pas de Milan.

1702: On ne retrouve sa trace qu’en janvier 1702 où il est organiste suppléant à l’église Notre-Dame-des-Doms à Avignon, puis en mai de la même année où il est engagé pour six ans comme organiste à la cathédrale de Clermont-Ferrand.

1706: Il rompt son contrat pour venir à Paris en 1706 où il devient l’organiste des jésuites de la rue Saint-Jacques, puis celui du collège de Clermont et, des révérends pères de la Mercy.C’est à cette période qu’il publie son premier livre de Pièces de clavecin.

1709-1715: Il est à Dijon où il succède à son père à l’église Saint-Etienne (1709), à Lyon tenant l’orgue des Jacobins (1713), à Clermont-Ferrand de nouveau (1715) où il s’établit huit ans à la cathédrale.

1722: C’est là qu’il compose ses premières cantates profanes, ses motets à grand chœur et surtout il écrit son Traité de l’harmonie réduite à ses principes naturels (1722).

1723: Il revient à Paris ; il a quarante ans. Rameau va alors se montrer très productif ; sa carrière va commencer.

1724-1726: Il édite son deuxième livre de Pièces de clavecin en 1724 puis son nouveau système de musique théorique en 1726 .

1726: Il épouse Marie-Louise Mangot, la fille d’ un symphoniste du roi.

1729, suite aux publications des Nouvelles suites de pièces de clavecin, le Mercure de France publie une « Conférence sur la musique » qui déstabilise le système musical de Rameau. C’est le début d’une guerre d’idées et de querelles qui vont poursuivre le théoricien jusqu’à la fin de ses jours.

1733: Il crée, le premier octobre 1733, l'opéra 'Hippolyte et Aricie'. Cette œuvre est l’une des plus importantes de l’histoire de la musique et de l’histoire de l’opéra. Elle s’inscrit dans la tradition française avec ses cinq actes, ses divertissements, ses personnages mythologiques ou historiques et pourtant elle fur reçue avec force de louanges et de critiques car la musique y serait trop italienne et trop ornée. 

1734-1737: Rameau travaille vite et livre dès 1734 de nouveaux sujets lyriques : les Courses de Tempé dont il ne reste que quelques fragments et les Indes galantes crée le 23 août 1735. Deux ans plus tard naît un autre chef d’œuvre, Castor et Polux (créé le 24 octobre 1737) qui fut lui aussi un succès à l’unanimité avec 21 représentations en six semaines. Toujours cette même année paraît La Génération harmonique ou Traité de musique théorique et pratique, dédié à MM. De l’Académie royale des sciences.

1739:  Représentations des Fêtes d’Hébé ou les Talens Lyriques le 21 mai et Dardanus le 19 novembre.

La querelle des lullistes et des ramistes qui existait depuis quelques temps déjà, bat son plein. Peu importe, Rameau ne cesse de composer et fait éditer chez la veuve Boivin et Leclair les Pièces de clavecin en concert avec un violon ou une flûte et une viole ou un deuxième violon (1741).

1744: Il compose les Jardins de l’Hymen ou la rose.

1745-1749: En 1745, Rameau peut enfin mettre son talent au profit du roi Louis XV et de Versailles à l’occasion du mariage du dauphin et de l’infante d’Espagne Marie-Thérèse. Il retrouve alors Voltaire et ensemble ils donnent la comédie-ballet La Princesse de Navarre. Le 31 mars de cette même année est crée à Versailles la comédie-lyrique Platée ou Junon jalouse, suivie des Fêtes de Polymnie (le 12 octobre à l’Académie royale de musique), du Temple de la Gloire (27 novembre à Versailles), des Fêtes de l’Hymen et de l’Amour (15 mars 1747 à Versailles), Zaïs (1748), Pygmalion qui aurait la particularité d’avoir été écrit en huit jours (1748), les Surprises de l’Amour (1748), Naïs (1749) et Zoroastre (1749). La vie de Rameau se confond avec celle de ses œuvres lyriques, et en dehors de la publication de quelques travaux théoriques (Démonstration du principe de l’harmonie, dédiée à M. le comte d’Argenson, ministre, 1749)

1751: Il livre La Guirlande (21 septembre 1751) puis Acanthe et Céphise ou la Sympathie (18 novembre 1751).

1752: Eclate la fameuse Querelle des Bouffons avec tous ses débats entre la musique française et italienne et Rameau se retrouve au centre de ces joutes philosophiques sans toutefois y participer.

1755: Rameau s’arme pour défendre ses théories, calomniées par Rousseau.

1760: Rameau a plus de soixante-quinze ans et il compose encore : le 12 février 1760 est donnée la comédie-ballet Les Paladins et il a entamé un nouvel opus, Abaris ou les Boréades qui ne sera créé que l’année de sa mort.

1761: Le 22 mai 1761, il est admis à l’Académie de Dijon et en mai 1764 le roi lui attribue des lettres de noblesses. Ce dernier voulait également lui décerner le cordon de Saint-Michel, mais le compositeur s’éteint le 12 septembre 1764 dans sa demeure.

(source ars-classical.com)